« NON A LA CONSTRUCTION D’UNE NOUVELLE PRISON A HAREN ! »

Interpellation de Jacques OBERWOITS, conseiller MR, lors de la séance publique du conseil communal de Bruxelles réuni en date du 10 janvier 2011

A la mi-décembre 2010, le Conseil des Ministres a pris la décision de remplacer d’ici 2016, les prisons à Forest, Saint-Gilles et Berkendael par une nouvelle prison qui serait construite à Haren.

Il s’agit d’un projet portant sur la réalisation d’un grand « complexe pénitentiaire » d’une capacité carcérale totale de 1.190 places soit pour les hommes : 1000 places, un complexe pour femmes de 160 places et une institution de rééducation pour l’accueil de 30 jeunes.

Cette décision de construire une nouvelle prison sur le territoire de la Ville de Bruxelles est tout à fait contestable et doit être rejetée par la Ville.

Plutôt que d’investir dans une prison, il serait préférable de répondre à l’attente des habitants de Haren en construisant une maison de repos.

Haren et, plus particulièrement, le site sur lequel la nouvelle construction devrait être érigée, est un des derniers quartiers champêtres de la Région de Bruxelles où il fait bon vivre, qu’il faut impérativement protéger.

Selon les statistiques, Haren est  probablement le quartier le plus sûr de Bruxelles.

Il ne peut être nié qu’une prison, surtout de l’envergure de celle qui est projetée, porte gravement atteinte au tissu urbain et constitue certainement un élément de dévaluation de la valeur du patrimoine immobilier local.

L’esthétique des lieux souffrira de la construction des bâtiments mais également de la présence d’un parking qui devra immanquablement être aménagé.

En outre, ce projet de complexe pénitencier obligera de très nombreuses personnes à se déplacer.  Je pense d’abord au personnel pénitentiaire lui-même mais également, les familles des personnes incarcérées, les services sociaux extérieurs, les fournisseurs de la prison, les avocats, etc….

La mobilité est déjà un grand problème à Haren qui est mal desservi par les transports en commun.

J’ajoute que sur le plan fonctionnel, la décision est vivement contestée également par le monde judiciaire.  En effet, c’est avec consternation que les avocats et les magistrats qui n’ont absolument pas été consultés par le projet auraient appris qu’il pourrait également être question du déplacement à Haren  des juridictions d’instruction ainsi qu’une Cour d’Assises.

Il n’est pas du tout admissible de faire siéger des juridictions au sein des établissements pénitentiaires.

Comment serait-il possible pour des juridictions d’instruction et une Cour d’Assises de statuer relativement à des personnes présumées innocentes et de rendre la justice de manière indépendante et sereine entre les murs d’une prison ?

Par ailleurs, il est inconcevable de construire une prison-mammouth à une distance aussi éloignée du Palais de Justice qui accueille les juridictions de jugement ce qui obligerait à de très longs transferts des détenus aux heures de pointe et entraînerait immanquablement des retards et causerait des encombrements des audiences auxquels les Tribunaux ne pourraient pas faire face.

Actuellement, les détenus arrivent déjà fréquemment aux audiences avec 2 heures de retard alors que les prisons de Saint-Gilles et de Forest sont situées à proximité de la place Poelaert…

Pour le monde judiciaire, la construction d’une nouvelle prison à Haren aura des conséquences désastreuses pour les détenus mais également pour leurs avocats ainsi que pour tous les intervenants du monde carcéral.

C’est dans ce contexte que mon interpellation vise à interroger le Collège aux fins de connaître sa réaction concernant la construction de cette nouvelle prison à Haren.

Si je me réfère à l’historique du dossier, je constate que début février 2010, le Bourgmestre de la Ville se serait mis d’accord avec le Ministre-Président, Charles Piqué et le Ministre de la Justice De Clerck sur le lieu de l’érection de la prison à Haren.

S’agit-il d’une position personnelle du Bourgmestre qui à présent aurait été confirmée par le Collège et sur laquelle se fonderait la décision prise par le Conseil des Ministres du 15 décembre 2010 ?

Si c’est le cas, il apparaîtrait qu’une nouvelle fois, l’actuelle majorité néglige totalement le Conseil Communal et ses représentants élus démocratiquement pour prendre une décision, sans la moindre concertation, au mépris des habitants.

Si par contre, la Ville ne s’est pas encore prononcée sur le sujet, je demande que notre Conseil s’oppose fermement à la décision prise par le Fédéral de construire une nouvelle prison à Haren.

 

Jacques Oberwoits



%d blogueurs aiment cette page :