Un système informatique pour améliorer les correspondances à la STIB

 

Question orale de Mme. Marion Lemesre, Députée MR, à Mme Brigitte Grouwels, Ministre du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargée des Transports publics, concernant les correspondances à la STIB

 

Madame la Ministre,

 

Il arrive fréquemment que les usagers de la STIB ratent pour quelques secondes une correspondance. Les raisons peuvent être multiples, ceux-ci peuvent être bloqués par un feu au rouge ou encore que les chauffeurs ne les aperçoivent pas.

 

Toujours est-il que pour ces quelques secondes, le temps de parcours sur les lignes de transports bruxellois peut être allongé.

 

Afin de résoudre en partie ces problèmes, des signaux spéciaux devaient être installés ou remis en fonction dans plusieurs stations de la STIB (essentiellement celles qui sont des pôles de correspondances, tels les stations Belgica, Montgomery ou encore Thieffry).

 

Le rôle de ces signaux est d’avertir les chauffeurs des lignes entre lesquelles il y a correspondance de l’arrivée imminente d’une autre ligne, dans le but d’éviter que des départs précipités laissent des usagers sur le quai.

 

Ces signaux de transit équipent déjà certaines stations de métro depuis les années 70, comme à Thieffry. Actionnés mécaniquement par le métro, ils allument à la surface un feu rouge à la vue des chauffeurs de bus, pour les inciter à rester à quai encore une minute.

 

Deux arrêts servaient des stations pilotes : l’arrêt Hembeek (entre bus 47 et tram 3) et la station de métro Roodebeek (le métro et le bus 45) et de nouveaux pôles de correspondances devaient s’ajouter en 2010.

 

Madame la Ministre, quels ont été les résultats de ces essais ? Ces nouveaux pôles de correspondances ont-ils effectivement été mis en place ?

 

Des instructions ont été données aux chauffeurs de ne pas se river au respect de l’horaire, de même de regarder que les autres bus ou trams ne viennent pas et si nécessaire attendre un peu.

 

Ces consignes envers les chauffeurs ne sont-elles pas contradictoires au regard des exigences de ponctualité imposées de respecter la vitesse commerciale ? De même, ces consignes d’attentes n’ont-elles pas entraînées une agressivité dans le chef de certains passagers impatients ? Des moyens ont-ils permis d’aider les chauffeurs ? Je pense à ce propos à par exemple des messages diffusés sur les panneaux lumineux des véhicules ?

 

A plus long terme, un système informatique devrait être mis en place dans les nouveaux bus et trams pour avertir en temps réel les chauffeurs de la situation des véhicules sur une autre ligne pour leur permettre de régler leur départ. Ce système serait prévu à l’horizon 2013.

 

Où en sommes-nous ? Le calendrier sera-t-il respecté ?

 

Je vous remercie pour vos réponses

 

Marion Lemesre

Carrefour Pesage-Scarabées : la série continue

 

Il y a deux mois jour pour jour, la Députée libérale Marion Lemesre interrogeait la Ministre Brigitte Grouwels au sujet de l’accident entre un tram et un minibus scolaire à l’angle des avenues des Scarabées et du Pesage à Ixelles. On s’en souvient, suite au choc, le minibus scolaire s’était couché sur le flanc mais n’avait heureusement occasionné que des blessés légers.

Ce carrefour, situé dans le bas de l’Avenue du Pesage, est le théâtre quotidien d’accidents impliquant presqu’à chaque fois un tram. Ce 24 janvier vers 19h30, un véhicule s’engageant sur l’artère ixelloise a une fois de plus été percuté par un tram montant vers l’ULB. L’occasion pour la députée bruxelloise d’enfoncer à nouveau le clou en dénonçant deux écueils :

  • d’une part, la priorité absolue dont bénéficient les trams, même vis-à-vis des piétons ; une priorité qui débouche parfois sur une certaine impunité de la part des conducteurs de tram et des chauffeurs de bus, et encouragée par des impératifs de ponctualité. En septembre 2008 déjà, la députée libérale dénonçait les risques que cette priorité pouvait entraîner.
  • d’autre part, l’aménagement de bon nombre de carrefours bruxellois qui privilégie l’esthétique et l’efficacité pour la seule STIB, au détriment de la sécurité. A ce titre, le carrefour Pesage-Scarabées, réaménagé il y a un peu plus d’un an, constitue un excellent exemple. Alors qu’on ne comptait qu’une demi-douzaine d’accidents par an avant les travaux, ce carrefour connaît aujourd’hui une véritable série noire avec en moyenne un accident tous les quinze jours !

Et Marion Lemestre de déplorer : «les récents aménagements de carrefours, à l’instar de celui situé à l’angle des avenues des Scarabées et du Pesage à Ixelles, ont été exécutés en vue d’améliorer la vitesse commerciale des trams qui y circulent. Cependant, en corollaire, la visibilité des automobilistes a, elle, été diminuée ! Et ce ne sont pas les triangles blancs apposés il y a quelques jours qui vont changer quoi que ce soit puisqu’il faut de toute façon les dépasser pour voir les véhicules qui montent et descendent dans l’Avenue du Pesage. Ce carrefour a donc manifestement été rendu encore plus dangereux qu’il ne l’était !»

Marion Lemesre est consciente que la circulation des transports publics doit être améliorée, mais «elle ne peut se faire ni au détriment des usagers, ni au détriment des automobilistes, ni au détriment des chauffeurs de la STIB qui, eux aussi, sont concernés. Aménager des carrefours pour améliorer la vitesse des trams est une bonne chose mais si cela se fait au détriment de la sécurité des usagers de la route, il y a là un sérieux problème !».

Afin d’éviter que de tels événements ne se reproduisent à l’avenir, il convient, conclut Marion Lemesre de penser globalement le réaménagement des carrefours en termes de sécurité routière, et de vitesse des transports en commun. Elle enjoint également la Ministre Grouwels de tout mettre en œuvre afin que la STIB prodigue des formations adéquates aux chauffeurs, leur enseignant entre autre le respect des limitations de vitesse et la prudence, car rien ne vaut la vie !

%d blogueurs aiment cette page :